marketplace facebook market place e-commerce

Marketplace de Facebook : e-commerçants, faudra-t-il y aller ?

Olivier Sauvage Tendances Leave a Comment

Temps de lecture : 4 minutes

Vous l’avez sans doute lu dernièrement : Facebook vient de lancer sa propre marketplace (place de marché) entre particuliers. Pour l’instant, le service n’est testé que dans quelques pays anglo-saxon. Mais nul doute qu’il arrivera bientôt sur nos rivages, concurrençant ainsi d’autres services de vente de particuliers à particuliers, comme Ebay ou leboncoin, par exemple.

Quoi d’original sur la marketplace de Facebook ?

Le grand intérêt, le premier selon moi, de la marketplace de Facebook, c’est la possibilité inhérente à Facebook de mettre en relation des gens qui se connaissent… ou qui se connaissent à peu près… Disons, en tout cas, qu’il sera possible de juger son interlocuteur à des paramètres qu’on ne trouve pas sur d’autres plateformes, et notamment sur leboncoin, qui, encore aujourd’hui, demeure totalement anonyme.

Le deuxième intérêt, et il est pour Facebook, c’est de profiter d’échanges et de transactions qui existent déjà, même si actuellement, la plateforme n’en retire rien. Car, pour l’instant, il n’y a pas de commissions. Autrement dit, Facebook, du moins au États-Unis, espère en officialisant sa place de marché, et en la mettant en avant (le bouton de la place de marché remplace celui de Messenger dans l’application iOS), faire du mal aux principaux sites d’annonces, dont Craiglist, le numéro un de la petite annonce aux États-Unis. Et il y a des chances pour que, effectivement, en intégrant sa place de marché dans les parcours utilisateurs de sa plateforme, Facebook récolte bon nombre de transactions au détriment de ses concurrents. D’autant que la place de marché a également intégré la possibilité d’une recherche par géolocalisation très puissante et très précise. Ce que ne possèdent pas vraiment ses concurrents (et que n’aura toujours pas leboncoin en France).

Le troisième intérêt est l’intégration de Messenger aux transactions. Le système de chat de Facebook bien ancré dans les habitudes de ses utilisateurs rendra de fiers services de communication. Bien plus pratique que l’échange de mail ou de SMS !

marketplace facebook place de marché

Qu’est-ce qui manque encore à la marketplace ?

Apparemment, Mark Zuckerberg et ses équipes ont voulu aller vite et ont fait l’impasse sur deux fonctionnalités pourtant indispensables :

La notation des acheteurs/vendeurs. On sait à quel point la confiance est importante sur les places de marché. Et ne pas permettre de noter et les vendeurs et les acheteurs complexifie un peu le parcours de ces derniers qui pourraient parfois avoir du mal à se déterminer si leur interlocuteur n’est pas directement un de leurs « amis »

Le paiement. Il ne sera pas intégré à la marketplace. Dommage, évidemment, car cela ne permet pas de sécuriser la transaction à la même hauteur qu’un Ebay, par exemple. Là encore, s’il y a litige, l’acheteur et le vendeur devront se débrouiller entre eux, voire faire appel à la police, comme le souligne, non sans ironie, Techcrunch, dans sa revue de la marketplace.

Mais il ne faut pas se leurrer. Il est certain qu’après quelques semaines d’apprentissage et de retour d’expérience Facebook intégrera aussi ces fonctionnalités si le test en cours aux États-Unis s’avère probant. Et il le sera sûrement. Autrement dit, d’un coup d’un seul, les États-Unis, comme la France, sous peu, se retrouveront avec un nouvel Ebay-leboncoin aussi gros qu’eux, voire plus gros encore !!!

Avec sa marketplace, Facebook continue sur sa lancée de bâtir son propre web, à l’abri (ou presque) du monde extérieur. Avec son nombre d’utilisateurs impressionnant, plus de 1,5 milliards dans le monde, nul doute qu’il faudra se préparer au choc et s’attendre à ce que les concurrents pâtissent de son arrivée.

marketplace facebook mobile

Facebook pourra-t-il devenir une place de marché comme les autres ?

Les professionnels pourront-ils en profiter ? Pour l’instant, nul ne le dit. Mais il ne faudra pas s’étonner que des petits marchands utilisent Facebook comme canal de vente supplémentaire.

Facebook leur apportera plus de visibilité, mais surtout leur offrira l’avantage de beaucoup mieux cibler les potentiels acheteurs grâce à ses algorithmes de connaissance utilisateur.

En effet, même si les articles mis en vente peuvent être présentés comme dans une galerie, l’autre manière de les trouver est tout simplement de les voir apparaître dans sa timeline, en tant qu’utilisateur, selon des critères déterminés par nos choix. Exactement de la même manière que les vidéos Youtube sont suggérées à l’utilisateur lorsqu’il regarde une première vidéo. La chance d’être en adéquation avec les besoins utilisateurs sera donc très grande et très intéressante pour de la vente potentielle.

Quand aux marques, il est probable qu’elles pourront aussi utiliser ce mécanisme de place de marché, même si pour l’instant il ne semble pas qu’il en soit question. Reste à savoir si Mark Zuckerberg voudra transformer sa plateforme entièrement… en place de marché…

Olivier Sauvage

Olivier Sauvage

Fondateur et dirigeant de Wexperience, agence d’ergonomie digitale pour le ebusiness, Olivier est également conférencier et blogueur à travers son site capitaine-commerce.com, élu meilleur blog e-commerce en 2009. Sur le blog d'Effinity, il apporte son éclairage d'expert sur le e-commerce.

Autres billets

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *